Abidjan : une prostituée de Yopougon prend 10 ans de prison : en voici les raisons

Abidjan : une prostituée de Yopougon prend 10 ans de prison : en voici les raisons

Jeune fille âgée de 19 ans, Sonia, qui apprend le métier de la coiffure dans un salon de beauté au Nigéria, est en contact avec monsieur Barry, un monsieur résidant en Côte d’Ivoire. Ce dernier lui fait savoir qu’il y a de belles opportunités de travail à Abidjan. Sonia, qui rêve de conditions meilleures pour venir en aide à ses parents agriculteurs, se laisse tenter par une aventure en terre eburnéenne.

Monsieur Barry lui paie le transport, et elle arrive en Janvier 2021 à Yopougon, un quartier populaire de la capitale. Elle y est logée au kilomètre 17, un sous-quartier de Poy, avec d’autres filles qui exercent un métier étrange : la prostitution…

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: KKB salue l’acquittement de Gbagbo et Blé et leur demandent de pardonner

Sonia est prise dans un étau. Sans le moindre centime en poche pour rebrousser chemin, elle se voit contrainte par monsieur Barry de s’adonner à la prostitution, en versant à ce dernier un pourcentage de ses recettes. Elle n’aurait jamais imaginé que son voyage vers Abidjan lui réservait une telle mauvaise surprise.

Après un séjour au kilomètre 17, Sonia est envoyée par monsieur Barry dans un autre quartier de Yop, pour vivre dans la maison de Precious, une compatriote nigériane de 24 ans, elle aussi vendeuse de charme. Pendant trois jours, la pauvre aventurière de 19 ans se prostitue en confiant sa recette à Precious.

Lire aussi:   Lancement à Bouaké des activités marquant les 50 ans des Etablissements Henri Poincaré

Quel est le lien qui subsiste entre Precious et Barry le proxénète ? C’est cette question que le tribunal de Yopougon tentera d’élucider le vendredi 19 Mars 2021 lors du procès auquel comparaissent les deux prostituées, avec l’une comme prévenue et l’autre à la partie civile. À la suite des échanges qui se déroulent en anglais et en français avec un intermédiaire comme traducteur, les deux filles de joie s’exprimant en anglais, le tribunal déduit que Precious est complice de trafic d’être humain à but sexuellement lucratif. Au début de son interrogation, elle a dit ne pas connaître monsieur Barry. Mais face à la pertinence des questions du procureur, elle a dû se dédire.

Lire aussi:   Sécurité routière : l’OSER sensibilise les conducteurs, en cette période de fête de pâques

Precious a été condamnée à 10 ans de prison, à son grand désarroi. Ses fidèles clients de Yopougon, qui n’apprécieront pas cette nouvelle, devront chercher d’ores et déjà d’autres substituts.

Pendant ce temps, monsieur Barry, le cerveau de la traite, est introuvable. Comme on le dit en argot, « le môgô a djô en brousse ».

(Visited 37 times, 1 visits today)

Articles Simulaires